Yin et Yang à Montmartre 原味

8, rue Aristide Bruant 75018. Ligne 12, station Abesses. Ligne 2, station Blanche.                   Tel:0142649581

imageimage

Des produits frais,  de grandes tablées  dans ce petit resto de quartier  un peu guindé!  Une cuisine surprenante et originale, des mélanges inattendus… C’est ce que l’on  appelle une cuisine fusion!

Une présentation  à  la Française  pour le menu:  entrée,  plat, dessert  mais le partage « à  la chinoise » sera de mise ce soir là, afin que tout le monde puisse déguster les différents  mets!

Des plats très travaillés comme le poisson écureuil et l’aubergine en fleurs ci dessous nous rappelle  que nos deux gastronomies partagent autant le plaisir des yeux que celui des papilles!

image

image

Place à  la fusion avec la petite marmite  de cerf aux graines de ginkgo,  goji et racines de lotus!

image

Le riz mélangé à du blé et autres graines servi dans un bambou, était vraiment sublime!

image

Les frites de patate douce à l’oeuf de canard salé!

image

Le boeuf sur plaque chauffante servi à la Française car saignant!

image

Petits pains au porc et ciboulette

image

Infusion de chrysanthèmes et baies de goji!

Publicités

Restaurant Shan Gout Une fusion entre Chine et occident!

97 rue de Charenton, 75012. Ligne 14, station Bercy.Tel: 06 18 83 86 66 .                Réservation conseillée.

IMG_20140313_201210IMG_20140313_201238

IMG_20140313_201133

 

 

 

 

 

Le restaurateur est originaire d e la province du Hubei, située au cœur de la Chine, et notre serveuse, sa femme, venant du Sichuan ont décidé de nous proposer un concept original.Une fusion France/Chine avec une ardoise et tablée à la française et des mets plutôt chinois, et retravaillés pour certains.

Les plats proposés sont plutôt variés et viennent de toutes les provinces de Chine comme le célèbre Mapodoufu 麻婆豆腐, le tofu épicé de grand-mère, les aubergines « Yuxiang », 鱼香茄子 appartenant à la cuisine du Sichuan (épicée).

Ce soir là, on a également dégusté les boulettes de riz gluant au porc, le poisson d’eau douce relevé au gingembre et au piment, la marmite de viande et de taro cuit à l’étouffer.

Les boulettes de riz gluantes au porc, façon tête de lion de Shanghai 狮子头, servie sous des feuilles de choux chinois.

IMG_20140313_201423_HDR

Le poisson , délicieusement parfumé de gingembre, sauce de soja  et aromates diverses.

IMG_20140313_203256

Pour ce qui est de l’influence de « chez nous », les plats sont présentés à l’ardoise et la table est dressée à la française avec la succession de l’entrée, plats et dessert. A la manière d’un bistrot chic français on y trouve une décoration plutôt épurée, une lumière tamisée avec des idéogrammes peints sur les murs et quelques bambous pour rappeler l’Asie.

Les chinois de passage à Paris devront se creuser un peu les méninges pour retrouver leurs plats car aucune description en caractères chinois…à moins évidemment de tricher un peu en discutant avec la serveuse, je m’en suis d’ailleurs fait un plaisir !

L’ardoise propose donc un classique entrée, plat, dessert. J’en profite pour vous rappeler qu’en Chine lors d’un repas, présenté dune manière générale sur une table tournante, il n’y a pas de différenciation entre ces trois étapes, jusqu’à plus d’une dizaine de plats peuvent êtres servis, mélangeant le salé et sucré ainsi que le froid et le chaud. Les baguettes ne seront pas non plus de la partie, place à l’assiette et aux couverts.

Un « mapodoufu » fusion avec un mélange d’épices, vraiment surprenant!

IMG_20140313_201501